Une police municipale de Pampelune condamnée à 4.200 euros d’amende

Un agent de la police municipale de Pampelune qui a émis un rapport de police interne pour WhatsApp a été condamné par le tribunal pénal numéro 1, pour un crime de divulgation de secrets, à 4.200 euros d’amende et un an et demi d’interdiction de travail et de fonction publique. Le jugement est susceptible d’appel.

Le document contenait une demande de collaboration adressée par la police forale à l’occasion d’une plainte déposée à propos d’événements qui se seraient produits le 1er février de cette année dans une école de la région de Pampelune, où un garçon aurait tenté de convaincre un mineur de rentrer chez lui. Le rapport ajoute que la conversation s’est déroulée en anglais et fournit les détails d’identité d’une personne ayant des antécédents de pédophilie.

L’accusée, ayant une ancienneté de 18 ans dans la police municipale, et affectée pendant 13 ans à l’UPAS (Unité de protection et d’attention sociale), a été informée le 15 février par son supérieur de l’existence de la demande de collaboration susmentionnée.

Selon ce qui est considéré comme prouvé dans la phrase, “manquant à son devoir de ne pas diffuser le document”, étant donné que son fils mineur fréquentait l’école en question, l’officier a photographié tout son contenu et l’a envoyé à son mari, un officier de la Police Nationale par l’intermédiaire de WhatsApp. Il l’a renvoyé au téléphone privé d’un collègue de la police nationale parce que sa fille fréquentait la même école.

Dans le même temps, cet autre policier l’a transmis par e-mail à son ex-femme, le policier judiciaire, qui, après avoir partiellement découpé le message pour qu’il ne montre pas qui l’avait envoyé, a envoyé la photo du document à un groupe WhatsApp composé de mères d’élèves.

A partir de ce moment, une diffusion massive a commencé qui a motivé la police municipale et la police forale à publier un communiqué de presse conjoint sur les faits dans lesquels elles ont appelé à la paix, ainsi qu’un autre communiqué de l’école affectée dans les mêmes termes.

Dans le jugement, le magistrat déclare que le document photographié et transmis contenait un papier à en-tête de la police et un autre du conseil municipal de Pampelune, et faisait référence à une enquête sur un autre corps. Le rapport contenait également des données spécifiques sur un événement et une personne, avec leurs nom et prénom, adresse, nationalité et même des références à leur casier judiciaire.

Pour le juge, “il s’agissait donc d’un document de travail interne avec transcendance, d’une information connue dans l’exercice de sa fonction de police, et avec pertinence”.

 

Atteint le droit à la vie privée d’un tiers

Selon le juge, la transmission de l’acte a directement affecté le droit à la vie privée d’un tiers, ainsi que la présomption d’innocence à laquelle toute personne faisant l’objet d’une enquête a droit.

cet égard, le juge rappelle que l’homme auquel il a été fait référence n’a même pas fait l’objet d’une enquête et que le document contenait des informations provenant d’un autre pays sur des événements antérieurs qui auraient pu être similaires, dans le cadre d’une enquête policière en cours, sans aucun lien avec les faits sur lesquels l’enquête était fondée.

Le magistrat a rejeté la défense selon laquelle l’action était le résultat d’une coopération policière. “Ce qui a amené l’accusée à révéler des informations, c’est que son fils est allé à l’école qui y a été collectée, et c’est la même raison qui a amené les émetteurs suivants à les communiquer à des tiers, ce qui n’a bien sûr rien à voir avec la coopération policière envisagée “, dit-il.

Toutes les personnes concernées, selon le juge, ont transmis des données pertinentes et sensibles qui n’auraient pas dû être divulguées, bien que seule la défenderesse soit d’accord sur le fait que, étant policière, c’est elle qui, dans le cadre de son travail, connaissait l’information et l’a communiquée à un tiers.